Ses grands projets

Dans le cadre de la structuration territoriale de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), l’Université Savoie Mont Blanc traite actuellement trois dossiers d’importance.

1- La structuration de l’ESR dans un cadre académique

Le conseil d’administration de l’Université Savoie Mont Blanc a voté en faveur du statut d’associé renforcé à la COMUE Université Grenoble Alpes. La convention d’association signée sera remplacée par un nouveau texte, plus ambitieux, d’ici 2017.

2- La structuration de l’ESR dans un cadre régional, et la place souhaitée au sein de l’Alliance des universités Rhône-Alpes (AURA)

L’Université Savoie Mont Blanc porte des projets à forte visibilité (Institut National de l’Énergie Solaire, Caverne du Pont-d'Arc, e-Time, etc.) et se retrouve dans un concept régional qui entend mettre en réseau les forces de l’ESR dans la première région française afin de leur conférer une incontestable visibilité internationale. Dans cet esprit, elle entend approfondir ses positionnements autour des thèmes Montagne-Tourisme-Sports (avec de nombreux projets : CPER, AAP Montagne, pôle IFT, Campus des métiers, etc.), Solaire-bâtiment (fédération de recherche FRESBE et projet Open-INES), Mécatronique (institut européen e-Time) et Image-Industries créatives (Pôle numérique, MUST, CITIA), sans négliger sa puissance établie en physique (LAPP et LAPTh).

3- La structuration de l’ESR dans un cadre régional transfrontalier

L’Université Savoie Mont Blanc renforce ses liens avec des établissements de l’étranger proche, en Suisse (HES-SO, Genève, Lausanne, Neuchâtel) et en Italie (Verceil, Aoste, Turin, Milan). La chaire Senghor participe à ce développement d’un transfrontalier francophone. Elle s’efforce de les rassembler en un système cohérent et performant  qui serait de nature à devenir à terme une sorte de "zone franche académique".