Mobilités d’études

La mobilité d’études consiste à effectuer une partie de votre cursus universitaire dans une université étrangère partenaire de l’USMB. Mais quand et comment s’y préparer ?  Quelles sont les grandes étapes à ne pas rater ? Existe-il des bourses pour financer son projet ? On vous explique tout.

Sommaire

Mobilité d'études : définition

Pour donner une couleur internationale à vos études, vous avez la possibilité de réaliser une semaine, un semestre ou une année dans l’une des universités partenaires de l’USMB.

En mobilité d’études, vous êtes inscrits à l’USMB et vous assistez aux cours et passez vos examens dans l’université dans laquelle vous partez.

À votre retour en France, l’USMB valide les notes et examens passés à l’étranger, qui compteront pour l’obtention finale de votre diplôme.

Attention : pour bénéficier d’une mobilité internationale, vous devez être obligatoirement inscrits à l’USMB et avoir effectué au moins 1 année d’études supérieures.

Préparer sa mobilité internationale

Préparer une mobilité, ça ne se fait pas au dernier moment ! Pour garantir le bon déroulement du séjour à l’international et profiter pleinement de son expérience, votre mobilité d’études doit être préparée dans de bonnes conditions… et à temps !

Il est conseillé de se préparer environ 1 an avant le début de la mobilité souhaitée. 

Pour vous aider, voici une liste des grandes étapes à réaliser :

  1. Contactez le responsable de votre département pour se renseigner sur les accords qui existent pour le diplôme que vous préparez à l’USMB
  2. Prenez contact avec le bureau des relations internationales de votre composante avant de candidater dans le cadre d’un échange
  3. Faites une demande de bourse d’aide à la mobilité pour financer votre projet
  4. Finalisez votre candidature en envoyant tous les documents nécessaires 

On vous conseille également de participer à la Semaine internationale organisée à l’automne sur vos campus. L’opportunité d’avoir un maximum d’infos sur les mobilités et de rencontrer les partenaires internationaux chez qui vous irez peut-être étudier.

Les programmes en Europe et hors Europe

(c)kate sept2004 de Getty Images Signature (12)

Grâce à ses nombreux partenariats et accords internationaux, l’USMB est présente sur les 5 continents.

Selon votre destination, les démarches pour postuler peuvent être différentes.

Étudier en Europe 
La destination que vous avez repérée se situe sur le vieux continent ? Deux manières de vivre une expérience internationale inoubliable : prendre part au programme Erasmus+ ou profiter des nombreuses opportunités offertes par UNITA.

Créé en 1987 et financé par l’Union européenne, le programme Erasmus (EuRopean Action Scheme for the Mobility of University Students) est le premier programme européen de mobilité universitaire. 

Avec Erasmus +, vous pouvez effectuer une mobilité au sein des 27 états de l’Union européenne, des états de l’Association européenne de libre échange et des pays candidats à l’adhésion (Norvège, Islande, Liechtenstein, République de Macédoine du Nord, République de Turquie et République de Serbie).

Comme vous le savez désormais, l’USMB fait partie d’une alliance européenne aux côtés de 11 autres universités. De nombreuses opportunités de mobilités vous sont proposées au sein des universités membres d’UNITA, et comme vous faites partie de l’alliance, votre mobilité est encore plus simple à préparer !

Les opportunités de mobilités

Découvrez toutes les opportunités sur Opport’UNITA.
Pour toute question sur l’alliance UNITA et ses opportunités, vous pouvez contacter le bureau UNITA à l’USMB

Étudier hors Europe (Canada, USA, UK, Australie, etc.)
Grâce aux programmes d’échanges et aux conventions bilatérales signées entre l’USMB et des universités à l’étranger, vous pouvez effectuer des mobilités d’études vers des pays du monde entier, pas seulement en Europe !

Pour en savoir plus sur les destinations disponibles pour votre formation, n’oubliez pas de contactez le référent RI de votre formation.  

Deux programmes s’offrent à vous pour explorer le pays à la feuille d’érable : l’ORA et le BCI.

Le programme Ontario Rhône-Alpes (ORA)
Il vous permet d’effectuer une mobilité d’études vers 14 universités en Ontario. Un bon niveau d’anglais attesté par le TOEFL (Test of English as Foreign Language) est exigé. Vous devrez formuler 3 choix, en concertation avec votre responsable de formation. Pour en savoir plus, consultez le site web ORA.

Le programme Franco-Québécois BCI (Bureau de Coopération Interuniversitaire)
Il vous permet d’effectuer une mobilité d’étude d’une année universitaire (8 mois) dans une des 7 universités québécoises participant au programme BCI. Vous devrez formuler 3 choix, en concertation avec votre responsable de formation. Consultez le site web du BCI

Le programme International Student Exchange Program (ISEP) vous permet d’étudier presque partout dans le monde, de l’Argentine aux États-Unis, en passant par le Royaume-Uni, le Japon, l’Australie ou encore dans les Iles Fidji. Ce programme suppose une participation financière à la charge de l’étudiante ou étudiant.

En concertation avec votre responsable de formation, vous pouvez formuler 3 choix de destinations pour demander à effectuer une mobilité internationale hors Europe avec le programme ISEP.

Attention : un bon niveau d’anglais attesté par le TOEFL (Test of English as Foreign Language) est exigé. Certaines universités peuvent demander d’autres tests de langues. 

Le programme Erasmus+, ce n’est pas que pour les mobilités en Europe ! La mobilité internationale de crédits (MIC) vous permet de monter un projet de mobilité avec des établissements situés dans des pays non membres du programme Erasmus+.

Pour qui ? Les étudiants ayant validé au moins 2 années d’études supérieures qui souhaitent partir en mobilité hors pays partenaires Erasmus+ pour des périodes de 3 à 12 mois.

Financer sa mobilité d’étude

Maintenant votre destination choisie, il vous faut penser à la logistique et au budget ! Étudier à l’international a un coût qui peut être plus ou moins élevé selon le pays. (transports, logement, etc.).

Même si elles ne sont pas destinées à financer la totalité de votre séjour, les bourses d’aide à la mobilité pourront contribuer à vos frais de séjour à l’étranger. 

Pour percevoir ces aides financières, il faut vous rapprocher du bureau des relations internationales de votre composante. Plusieurs aides financières peuvent être cumulées et sont distribuées par des structures différentes avec des modalités particulières. Vous les retrouverez dans ce guide pratique concocté par la Direction des Relations Internationales.

Vous pourrez y prétendre si vous effectuez une formation dans le cadre du programme Erasmus+. Le montant de la bourse Erasmus+ dépend du pays dans lequel vous partez et de l’échelon de votre bourse sur critères sociaux, si vous en avez une. 

Des bonus peuvent être ajoutés à ses bourses si : 

  • vous avez un revenu très faible, ou si vous résidez dans une zone de revitalisation rurale ou un quartier prioritaire
  • si vous êtes en situation de handicap ou affection de longue durée
  • si vous vous rendez sur votre lieu de mobilité avec des modes de transports plus respectueux de l’environnement (train, autocar, covoiturage)

Vous pouvez prétendre à la bourse régionale pour la mobilité internationale étudiante de la région Auvergne-Rhône-Alpes si votre séjour d’étude est supérieur à 4 semaines.  

Cette bourse est constituée d’un forfait à la semaine, ainsi que d’une aide forfaitaire pour les étudiantes et étudiants boursiers sur critères sociaux, en fonction de l’échelon de leur bourse du CROUS. Une aide forfaitaire est aussi versée aux étudiants et étudiantes en situation de handicap. 

Ces bourses sont gérées via le portail des aides de la région, sur lequel les étudiants doivent créer un compte.

Si vous souhaitez disposer d’une aide à la création de votre compte ou à sa modification :

L’AMI est une aide spécifique du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche destinée aux étudiants. Vous pouvez y prétendre si vous êtes boursiers sur critères sociaux l’année de la mobilité d’étude.

Statut étudiant
Vous pouvez obtenir un financement complémentaire de 250 € par mois en plus de votre bourse Erasmus+ si vous êtes dans l’une des situations suivantes :

Situation de handicap
Si vous êtes en situation de handicap ou affection de longue durée, une prise en charge est également possible sur la base des frais réels des dépenses nécessaires à la mobilité.

Mobilité courte
Dans le cadre d’un programme intensif hybride (BIP Erasmus+), vous pouvez obtenir un financement complémentaire forfaitaire de 100€ par séjour selon les situations détaillées dans « statut étudiant ».

Mobilité verte
Vous êtes éligibles à un financement Erasmus+ complémentaire lorsque vous empruntez un mode de transport “écologique” tel que le train ou l’autocar pour vous rendre sur le lieu de votre mobilité (transport international pour vous rendre de votre domicile en France à votre futur lieu d’études ou de stage à l’étranger).

Modalités d'attribution et de versement des aides

Les bourses de mobilité sont une contribution aux frais de séjour à l’étranger ; elles ne sont pas destinées à financer la totalité du séjour. Le nombre de mensualités attribuées ne correspondra pas forcément à la durée totale de la mobilité réalisée.

Pour percevoir ces aides, vous devez présenter une candidature à votre composante. 

Les demandes d’aides financières sont soumises à l’arbitrage de la Commission d’Orientation des Relations Internationales (CORI) selon divers critères d’éligibilité. Plusieurs sessions d’arbitrage des candidatures sont organisées durant l’année universitaire. Votre vœu peut donc être accepté selon des modalités qui diffèrent de votre souhait initial ou même être refusé.

Les aides pourront être ajustées à la baisse en fonction de la durée réelle du séjour. En cas de prolongation de séjour, aucune attribution complémentaire de bourse ne sera possible. 

N.B. : Seule la période réalisée à l’étranger sera éligible à la bourse (que les cours de l’établissement d’accueil soient suivis à distance depuis le pays d’accueil ou en présentiel dans l’université d’accueil). Dans le cas des mobilités commencées en distanciel depuis la France puis poursuivis à l’étranger, la bourse couvrira uniquement la période réalisée à l’étranger.

 

  • 75% au début de la mobilité au vu des justificatifs de début de séjour
  • 25% à la fin du séjour au vu des justificatifs de fin de séjour

N.B. : L’acompte de 75% est calculé en fonction de la durée justifiée réelle indiquée sur l’attestation de début de séjour.

L’aide forfaitaire régionale destinée aux étudiants boursiers ou en situation de handicap est versée en début de séjour au vu du justificatif de début de séjour.

Les bourses régionales sont gérées via le portail des aides de la région. Les étudiants doivent créer leur compte et gérer les demandes de paiement (acompte et solde).