« Femmes de Science de l’USMB » – Cécile Dantzer, chercheuse au LIP-PC2S

Publié le mar 27 Juin 2017

Cécile Dantzer, enseignante et chercheuse au Laboratoire Inter-universitaire de Psychologie – Personnalité, Cognition, Changement Social (LIP-PC2S) et spécialiste en psychologie de la santé

C’est d’abord la curiosité qui mène Cécile Dantzer à la psychologie. Un intérêt croissant qui la conduit à un master d’Épidémiologie et intervention en santé publique et un master en Psychologie. Elle poursuit avec un doctorat en Sciences biologiques et médicales option Épidémiologie et intervention publique. En 2003, elle rejoint l’Université Savoie Mont Blanc en tant que maître de conférences en psychologie clinique et intègre le Laboratoire Interuniversitaire de Psychologie : Personnalité, Cognition et Changement Social (LIP-PC2S). Ce laboratoire, fédère des chercheuses et chercheurs de différentes sous-disciplines de la psychologie et notamment en psychologie clinique, psychologie sociale et psychologie du travail, possède une exigence commune de méthodologie basée sur la preuve. Sa richesse disciplinaire permet d’acquérir une vision large sur un même objet d’étude. Cécile est spécialiste de la psychologie de la santé. Une discipline récente en France qui vise à comprendre comment des phénomènes psychologiques influencent notre manière de vivre : quand nous restons en bonne santé, quand nous devenons malades, et comment nous réagissons face à la maladie. En essayant d’identifier le fonctionnement biopsychosocial des patients et en déterminant quels sont les processus émotionnels, cognitifs et comportementaux en jeu dans l’adaptation à la maladie, des moyens d’aider les patients en difficultés peuvent être trouvés. Cécile préconise que la maladie pourrait être causée par une multitude de déterminants biologiques, psychologiques et sociaux, soit une approche biopsychosociale de la santé. Comprendre les corrélats psychosociaux des comportements à risque, c’est comprendre comment agir sur ces comportements via des actions de prévention. C’est pourquoi elle étudie d’une part les corrélations des comportements à risque et de la santé de population générale ainsi que la comorbidité anxio-dépressive des personnes atteintes de maladie chronique d’autre part. Cécile enseigne la psychologie de la santé, l’éducation thérapeutique ou encore la psychologie positive. Enseignante investie, elle s’implique dans la vie universitaire. D’abord responsable de la 2ème année de licence psychologie pendant 4 ans, elle monte une licence professionnelle Santé « Éducation pour la santé, promotion de la santé » en 2007. Co-responsable de la 2ème année de master professionnel Psychologie de la prévention pendant 3 ans et directrice-adjointe du LIP-PC2S, elle a participé également à plusieurs conseils de l’USMB : conseils d’UFR Lettres Langues et Sciences Humaines (LLSH), commission recherche, commission formation et vie universitaire, conseil académique et est membre de conseil d’un des pôles recherche de l’Université Grenoble Alpes.

Pour elle, la recherche est un vrai atout pour les enseignements puisqu’elle permet, sur un thème donné, d’être à jour sur les développements scientifiques récents. La recherche permet également de montrer l’importance de la maîtrise des outils méthodologiques et statistiques nécessaires à la compréhension des différents objets que l’on enseigne. Enfin pouvoir échanger à propos de ses thématiques de recherche avec les étudiantes et étudiants permet de mieux cerner la valorisation potentielle de ses recherches auprès du grand public et peut donc favoriser une interactivité plus importante. Susciter le questionnement ou la curiosité des personnes avec qui on partage ses travaux, voilà ce qui est pour elle une grande source de satisfaction. Chercheuse passionnée, elle reste en lien avec le terrain, en particulier avec les associations de prévention.

En savoir plus