Co-construire avec les acteurs du tourisme pour l’innovation et l’attractivité du territoire

Publié le mar 30 Jan 2018

Pendant trois jours du 17 au 19 janvier s’est déroulée la première Université d’hiver à Saint Gervais, organisée par le Pôle tourisme Montagne Inventive de l’Université Savoie Mont Blanc (USMB) et la Haute École Spécialisée de Suisse Occidentala, HES-SO Valais, qui a réuni 350 personnes, des enseignantes-chercheures et enseignants-chercheurs, étudiantes et étudiants, professionnelles et professionnels du tourisme, élues et élus.

Les deux premiers jours étaient consacrés à la co-création autour de la mise en oeuvre d’une offre touristique innovante visant à faciliter le parcours client dans la zone transfrontalière entre la France et la Suisse. Le dernier jour, les chercheures et chercheurs français et suisses ont présenté les résultats de l’étude de grande envergure réalisée dans le cadre du projet européen InterregV « Transfrontour » porté par le Pôle touristique Montagne Inventive. Cette étude portait sur la mise en tourisme de la zone transfrontalière franco-suisse.

C’est dans une ambiance à la fois studieuse et convivale, que l’ensemble des participantes et des participants a été invité le premier jour à travailler à partir du cas réel du territoire des Monts de Genève. Chacun s’est mis dans la peau de touristes, des personnae construits à partir des résultats de l’étude qui portait sur les attentes de clientèle. Les participantes et les participants devaient alors construire une offre touristique innovante tenant compte des forces et ressources du territoire et des besoins des touristes.

une expérience innovante et créative

Tout au long de la journée, ils ont utilisé de nombreux outils de créativité permettant dans un premier temps l’immersion dans le sujet, puis l’idéation (phase de production d’idée), la divergence pour chercher à aller encore plus loin dans l’innovation et la convergence pour permettre la conceptualisation de l’offre. Le respect d’un timing serré a généré de la frustration, clé essentielle de la créativité. L’immersion semble un levier important. Les offres élaborées montrent que les acteurs du tourisme doivent développer des solutions véritablement différenciantes, qui facilitent la vie des touristes, notamment étrangers dans les 3 temporalités, à savoir l’avant, le pendant et l’après-séjour.

La force de ces ateliers de co-création, par la créativité, réside dans la confrontation des points de vue. Dans un tel cadre, une personne seule ne détient pas la vérité : c’est au contraire sur la base d’une élaboration collective que de nouvelles solutions sont avancées. Ces journées avaient donc pour but de faire émerger les divergences de représentations sur le tourisme, pour in fine parvenir à une convergence. D’autant, que les groupes ont été créés pour respecter une proportionnalité de la diversité des acteurs (enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheures, étudiantes et étudiants, professionnels du tourisme). Ce que les participantes et participants ont fait ressortir de ces ateliers c’est la force de l’intelligence collective, véritable outil stimulant, l’effervescence et l’enrichissement mutuel.

Ces deux journées étaient innovantes à la fois sur le fond et sur la forme. Si les techniques de créativité sont fréquemment utilisées dans les entreprises, on note très peu d’initiative de ce genre dans le cadre du tourisme. De plus, la mise en groupe d’acteurs d’horizons très divers et le respect des principes  de bienveillance et d’égalité dans la prise de parole ont été les gages d’une production fructueuse et riche de sens.

les résultats de l’étude Transfrontour dévoilés

Cette Université d’hiver s’est terminée par une table ronde et par la présentation des résultats de l’étude Transfrontour et des ateliers des deux premiers jours. La table ronde portait sur le thème « d’un partage de touriste à un tourisme en partage » à laquelle ont participé Jean-Marc Peillex, maire de Saint Gervais, conseiller départemental délégué au tourisme ; Céline Monteiro, responsable communication et marketing Lémanis (Léman Express) ; Carole Duverney, responsable études et observations, Savoie Mont-Blanc Tourisme ; Roland Schegg, professeur à la HES-SO et Laurence Vignollet, vice-présidente en charge des relations internationales à l’Université Savoie Mont Blanc. Les participantes et participants ont souligné de concert l’importance de travailler ensemble, de proposer des offres touristiques qui ne se limitent pas aux frontières administratives pour répondre aux attentes des clientèles.

Suite à la table ronde, les chercheuses et chercheurs français et suisses ont présenté les résultats de la veille, réalisée dans le cadre du projet européen InterregV « Transfrontour ». Cette étude a mobilisé pendant un an une quarantaine de chercheurs, issus de différents horizons disciplinaires : 900 entretiens ont été réalisés et 1280 questionnaires traités. Cette étude de grande envergure a été menée notamment en s’appuyant sur les compétences du Pôle enquête de l’Université Savoie Mont Blanc.

L’objectif de cette veille était de comprendre les freins et leviers au travail collaboratif ainsi que les attentes des différentes clientèles de cette zone (business, loisirs hiver et été). Pour ce faire, 6 réseaux ont été étudiés :

  • Only Lyon,
  • Un Voyage à Nantes,
  • Valais excellence,
  • Suisse mobile,
  • Vignobles et découvertes
  • Oenotourisme Vaud.

L’enjeu consistait à comprendre leur fonctionnement ainsi que les facteurs qui favorisent ou entravent la coopération entre acteurs. Cet important travail de veille a permis de montrer que pour mettre en tourisme la zone transfrontalière, il apparaît nécessaire de :

  • développer une identité commune basée sur l’histoire et la culture, le partage des ressources naturelles ;
  • capitaliser et rebondir sur les différences et complémentarités de la destination ;
  • développer des collaborations inter-destinations.

La coopération et la mutualisation permettent également de développer la communication, des projets innovants, de trouver des financements et d’avoir une politique de développement durable. Cela nécessite une gouvernance avec une souplesse spatiale et temporelle et qui intègre toutes les parties prenantes (habitants, élus, professionnels et clients). Concernant les études de la clientèle de cette zone, on note que le client est conscient des atouts de la zone transfrontalière et de ses manques, qu’il circule et qu’il aimerait le faire encore plus facilement.

Les conclusions de ces différentes études constituent la base des outils et des processus du Centre de design des services (plate-forme franco-suisse de ressources, d’accompagnement de mises en réseaux) proposé par le Pôle Tourisme Montagne Inventive de l’Université Savoie Mont Blanc.

en savoir plus