Dynamique des socio-écosystèmes sur une Terre en mutation : la durabilité ou l'effondrement ?

Publié le sam 23 Jan 2016

Le laboratoire Environnements, DYnamiques et TErritoires de la Montagne (EDYTEM) organise du 30 mai au 1er juin, sous l’égide de l’organisation internationale PAGES – Past global changes un workshop intitulé :Dynamics of socio-ecosystems on a changing Earth: sustainability or collapse?”(Dynamique des socio-écosystèmes sur une Terre en mutation : la durabilité ou l’effondrement ?).

Le workshop, qui se tiendra à Chambéry, a pour ambition de rassembler une nouvelle communauté de chercheurs, située à la jonction des paléosciences, de l’écologie et des sciences humaines et sociales. L’introduction de notions telles que les “services écosystémiques” ou encore le concept de “zone critique” dans le champ des paléosciences sera particulièrement débattue.

Le worshop sera rythmé par l’intervention de six conférenciers internationaux :

LES OBJECTIFS DE LA RENCONTRE

Les paléosciences ont joué un rôle crucial dans la reconnaissance de la responsabilité de l’humanité dans le réchauffement climatique. Les reconstructions climatiques du passé ont souligné la perturbation récente du système climatique, qui accompagne l’augmentation sans précédent de la concentration atmosphérique des gaz à effets de serre. En particulier, l’étude des variations climatiques holocènes a mis en évidence des phénomènes climatiques rapides qui menaçaient les civilisations humaines et qui les ont amenés à adapter leurs propres pratiques.

La holocène naturelle et la perturbation variable du climat humain doivent encore être davantage compris. En particulier à l’échelle régionale, l’évolution de la configuration des précipitations et des phénomènes extrêmes sont particulièrement critiques pour maintenir un environnement sûr pour l’humanité. Cependant, alors que la Terre est confrontée simultanément à sa sixième extinction massive, déclenchée principalement par les activités humaines et par une augmentation spectaculaire de la population, il apparaît de plus en plus évident que le climat n’est pas le seul système dont le dysfonctionnement menace la sécurité et le bien-être être des humains. En effet, la détérioration de la biodiversité, la dégradation des sols, la propagation de contaminants et la perturbation des cycles des nutriments sont particulièrement accélérés. Le fonctionnement des écosystèmes et de la durabilité sont ainsi menacés au niveau des services qu’ils fournissent aux sociétés humaines.

Les interactions complexes entre les actions humaines, le climat et le fonctionnement des systèmes socio-écologiques sont donc des éléments à étudier de près afin de préparer un avenir plus sûr pour les hommes. Dans ce but, de nouvelles approches scientifiques intégrées s’avèrent nécessaires, comme cela a été préconisé dans le Future Earth Vision 2025. En particulier, une reconstruction globale de l’histoire de l’homme, considérant à la fois les facteurs actifs et les témoins de changements globaux, est toujours manquante.

Dans ce cadre, le thème de la recherche PAGES’ Regional Integration peut évoluer dans le but de favoriser l’émergence d’une nouvelle communauté scientifique située à la jonction des paleosciences, des sciences écologiques et des sciences humaines. Basé à la fois sur la modélisation des reconstructions de proxy et sur les services écosystémiques orientés, ce groupe de travail cherchera à comprendre comment les pratiques humaines dans le passé ont réussi à faire face aux changements globaux sur de longues périodes. Par conséquent, ce workshop s’interrogera finalement sur la question de la résilience des sociétés d’aujourd’hui vers les changements globaux, en particulier sur le plan du patrimoine culturel et naturel.

SUJETS DE DISCUSSION ET DE RÉFLEXION LORS DU WORKSHOP

Les participants discuteront autour de :

  • La structure de l’organisation du groupe de travail
  • La stratégie à adopter pour partager les données dans un système d’information complet
  • La capacité d’une telle approche intégrée, pouvant être financée par le biais d’appel d’offres international, et la nécessité de faire pression auprès des organisations internationales

Ils seront également amenés à réfléchir autour de 3 axes :

1. “Pourquoi avons-nous besoin d’intégrer ?” – Analyse de la complexité des interactions climat-environnement humain
2. “Qu’est-ce que l’intégration ?” – Incluant la variété de serveurs proxy et diverses archives (histoire, archéologie)
3. “Comment intégrer ?” – Résolution de la nécessité de bases de données, de modèles complets et de discussions autour du renouvellement de la stratégie du groupe de travail

EN SAVOIR PLUS

footer_logos_USMB-SEM-PAGES-EDYTEM