Le projet PACs-CAD autour de la performance énergétique, porté par l’USMB, est officiellement lancé !

C’est en présence de Jean-Luc Rigaut, président du Grand Annecy et de Roman Kossakowski, vice-président en charge de la recherche à l’Université Savoie Mont Blanc, que s’est déroulé ce jeudi 28 septembre le lancement du projet Interreg France Suisse 2014-2020 PACs-CAD pour « Pompes à chaleur à sorption pour le chauffage et le rafraîchissement urbain sur réseaux de chaleur ».

UN PROJET PLURIDISCIPLINAIRE FÉDÉRANT DE NOMBREUX PARTENAIRES AUTOUR DE LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE

Le projet « PACs-CAD » allie de nombreux partenaires institutionnels, scientifiques et industriels suisses et français autour de la conception de pompes à chaleur utilisant des procédés technologiques innovants (procédés à sorption), afin d’améliorer la performance énergétique des réseaux de chauffage urbain. Ces procédés n’étant pas encore matures du point de vue industriel, le projet se concentre sur des tests et simulations en laboratoire.

Un projet porté par des instituts de recherche

Le projet est principalement mené par trois instituts de recherche :

La Fédération FRESBE, en regroupant plusieurs laboratoires de l’USMB dont le LOCIE et l’IREGE dans le cadre de ce projet, constitue un support robuste pour ce projet interdisciplinaire, associant aussi bien des spécialistes de la technologie étudiée que des économistes de l’énergie.

En partenariat avec des industriels et institutionnels porteurs de données empiriques

Des partenaires industriels sont engagés dans le projet de recherche et développement : pour la partie française, l’agence de la Haute-Savoie de IDEX Énergies Rhône-Alpes qui gère le réseau de chaleur d’Annecy et d’Annemasse, la société SEVE, filiale de ENGIE réseaux, en charge d’exploiter le service de production, transport, distribution et livraison de la chaleur pour la ville de Besançon et la société d’ingénierie issue de l’INESCmdl-Manaslu société d’assistance de maitrise d’ouvrage spécialisée dans l’accompagnement de projets « bâtiments » ayant des objectifs énergétiques ambitieux.

Du côté institutionnel, la Ville d’Annecy et la Ville d’Annemasse participent directement au projet en mettant à disposition les données et mesures provenant de leurs réseaux de chaleur. Le Grand Genève appuie également le projet via les services industriels de la Ville de Genève.

UN PROCÉDÉ INNOVANT POUR OPTIMISER LA PRODUCTION, L’ACHEMINEMENT ET LE STOCKAGE DE L’EAU DES RÉSEAUX DE CHAUFFAGE URBAIN

Optimisation de la production d’eau chaude

Le projet a pour ambition de mettre en place de nouvelles briques technologiques pour les réseaux de chauffage permettant d’utiliser une gamme plus large de producteurs de chaleur et en particulier des rejets thermiques industriels ou des énergies renouvelables (solaires, lac, géothermiques, etc.).

Amélioration de l’opérabilité des réseaux de chauffage

En développement un concept de pompes à chaleur capables de conditionner la chaleur au bon niveau de température, cette technologie permettra de rendre plus efficientes les sous-stations des réseaux de chaleurs en diminuant les pertes de distribution et les pertes énergétiques.

Possibilité de stockage de l’eau chaude

Ces réseaux offriront ainsi la possibilité d’avoir du stockage de chaleur décentralisée de durée adaptable au besoin des populations. Ce stockage permettra ainsi de lisser les pointes de demande d’eau chaude et donc potentiellement de diminuer de taille les installations de chauffage et de mieux gérer les réseaux en vue d’une diminution des consommations d’énergie fossile et des émissions de gaz à effet de serre.

Outre le développement et la caractérisation de cette technologie innovante de pompe à chaleur, l’originalité du projet réside dans l’intégration d’une démarche sociologique et économique en complément de l’approche technique des partenaires de recherche avec des collectivités et des entreprises.

Le projet « PACs-CAD » est soutenu par le programme européen de coopération transfrontalière Interreg France-Suisse 2014-2020 et bénéficie à ce titre d’une subvention européenne de de 463 185 € par le biais du Fonds européen de développement régional (FEDER) et de fonds fédéraux Interreg suisses de 150 000 CHF, ainsi que de financements des cantons suisses et de la conférence romande des délégués à l’énergie.

EN SAVOIR PLUS