« Femmes de Science de l’USMB » – Nolwenn Le Pierrès, chercheuse au LOCIE

Publié le lun 4 Sep 2017

Nolwenn Le Pierrès, maître de conférences à Polytech Annecy-Chambéry, chercheuse au Laboratoire d’Optimisation de la Conception et Ingénierie de l’Environnement (LOCIE) et spécialiste en procédés énergétiques à sorption

Attirée depuis toujours par les sciences et technologies, Nolwenn Le Pierrès a entamé ses études supérieures en classe préparatoire aux grandes écoles à Rennes. Suite aux concours, elle intégre l’École Centrale de Nantes, où, après une première année d’ingénierie mécanique généraliste, elle choisit de se spécialiser en énergétique. Toujours avide de découvertes, elle continue son parcours en Scandinavie. C’est à la Norwegian University of Science and Technology de Trondheim qu’elle obtient le double diplôme d’ingénieur franco-norvégien en énergétique et environnement. Au cours de ces deux années à l’étranger, son intérêt pour la recherche se développe, notamment lors de son stage de fin d’études effectué à l’Université Technologique de Graz en Autriche. Son envie de poursuivre dans le domaine de la recherche l’a conduit à mener une thèse en énergétique et génie des procédés au laboratoire PROMES-CNRS à Perpignan. C’est dans ce laboratoire, au contact d’encadrantes et encadrants passionnés, qu’elle a commence à se spécialiser en procédés thermochimiques et en énergie solaire thermique, mais également en thermodynamique.

En 2005, elle rejoint l’Université Savoie Mont Blanc en tant que post-doctorante, puis maître de conférences à partir de 2006 au Laboratoire Optimisation de la Conception et Ingénierie de l’Environnement (LOCIE) au sein de l’Institut National de l’énergie Solaire (INES). En 2014, elle soutient son Habilitation à Diriger des Recherches (HDR). Enseignante-chercheuse en énergétique, Nolwenn a la chance d’enseigner au cœur de son domaine de prédilection auprès d’élèves ingénieurs de l’école Polytech Annecy-Chambéry en spécialité Énergie – Bâtiment – Environnement (EBE). Cette interaction régulière avec les étudiantes et étudiants ainsi qu’avec le monde de l’entreprise dans le cadre de projets ou de suivi de stages étudiants est pour elle un grand enrichissement. Elle participe également à la vie de l’école en tant que responsable des stages et de l’USMB où elle est membre du conseil de l’École Doctorale SISEO (Sciences et Ingénierie des Systèmes de l’Environnement et des Organisations).

Au niveau national, elle a successivement été membre du Conseil National des Université en énergétique et génie des procédés, membres de comité d’évaluation scientifique de l’Agence Nationale pour la Recherche et depuis peu membre du Comité National du CNRS en section « Milieux fluides et réactifs : transports, transferts, procédés de transformation ».

Le volet recherche de son travail amène Nolwenn à se pencher sur le développement et l’étude de procédés à sorption innovants dans un objectif de conversion, de stockage ou de transport de l’énergie thermique à des niveaux de température compris entre -30 et 200°C. Ces procédés sont analysés à la fois par une approche thermodynamique théorique, par la modélisation numérique et par l’expérimentation de prototypes. Cette dernière approche lui plait particulièrement. L’analyse porte sur différentes échelles, du choix des matériaux de sorption à la conception de composants, puis à leur mise en œuvre au sein des machines thermiques. L’enjeu de cette recherche est l’utilisation et la valorisation d’énergie thermique renouvelable (en particulier solaire) ou des rejets de chaleur, dans un contexte de développement durable. Sa jeune carrière lui a permis de parcourir le monde pour ses projets de recherche (Chine, Bénin, la Réunion, Turquie, nombreux pays d’Europe, etc.), de nouer des amitiés fortes dans son milieu professionnel et de s’épanouir en travaillant sur des thèmes innovants qui la passionnent.

En savoir plus