« Femmes de Science de l’USMB » – Christine Piot, chercheuse au LCME

Publié le lun 4 Mar 2019

Chrisine Piot, Maître de conférences à l’UFR Sciences et Montagne, chercheuse au Laboratoire de Chimie Moléculaire et Environnement (LCME), spécialiste en chimie environnementale

Lorsqu’elle entre à l’Université Jean Monnet à Saint-Etienne en 2002 comme étudiante, Christine s’oriente vers une licence Géosciences et Environnement, par intérêt personnel pour la nature et parce que ce cursus lui permet d’effectuer des stages sur le terrain. À l’origine, elle souhaite  juste obtenir une licence afin de passer le concours de Professeur des Écoles. Mais très vite, les enseignements dispensés en licence la passionnent, et Christine décide donc de poursuivre ses études en master Sciences de la Terre et de l’Univers à l’Université Grenoble Alpes (UGA), ce qui lui permet de réaliser deux stages dans le milieu de la recherche universitaire : le premier sur la mobilité et la spéciation des métaux dans les sols viticoles au sein du Laboratoire d’études des Transferts en Hydrologie et Environnement (LTHE), et le second sur la chimie des polluants atmosphériques au Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’Environnement (LGGE), tous deux à l’UGA.

Ces deux stages suscitent chez elle un fort intérêt pour le monde de la recherche et les domaines de la chimie environnementale. En 2007, Christine décide donc de poursuivre son cursus universitaire par une spécialisation en Master 2 Recherche en Sciences de l’Eau et Environnement à l’Université de Montpellier. Là encore, un stage de recherche sur la bio-géochimie de l’antimoine dans des drainages acides miniers au sein du Laboratoire Hydrosciences de Montpellier (HSM) conforte son idée de poursuivre son expérience professionnelle dans la recherche universitaire.

Elle entre alors tout naturellement en doctorat de chimie en 2008 et travaille sur la caractérisation chimique et la quantification des sources d’aérosols atmosphériques organiques sur la Région Rhône-Alpes durant sa thèse, réalisée en co-direction entre le Laboratoire de Chimie Moléculaire et Environnement (LCME) de l’Université Savoie Mont Blanc (USMB) et le LGGE. Au cours de sa thèse, elle réalise également 3 ans de monitorat pour découvrir le métier d’enseignante à l’université. Deux jours après avoir soutenu sa thèse, elle enchaîne sur un post-doctorat afin de finaliser certains projets de recherche démarrés en thèse et s’ouvrir à d’autres projets. Son année de post-doctorat lui permet de travailler sur le développement de méthodologie d’estimation des sources d’aérosols atmosphériques, en participant notamment à des groupes de travail au niveau européen tel que le programme Aerosols, Clouds, and Trace gases Research InfraStructure (ACTRIS), et le développement de méthodologie d’analyse des composés organiques volatiles dans les carottes de glace au sein du LGGE. La même année, Christine prépare les concours pour devenir maître de conférences à l’université et obtient sa qualification dans la foulée. Depuis 2012, elle enseigne la chimie de l’environnement dans les filières Physique-Chimie et Sciences de la Terre à l’USMB. Elle est également responsable depuis 2017 de la Licence Professionnelle Métiers de la Protection et de la Gestion de l’Environnement.

Au laboratoire LCME, Christine développe la thématique d’étude des transferts de polluants organiques persistants entre l’atmosphère et les milieux aquatiques de montagne (lacs, rivières). Depuis 2007, elle travaille également sur l’identification de molécules d’intérêt dans différentes biomasses dans l’objectif d’une valorisation de ces matériaux. Elle est notamment co-porteur du vaste projet VITIVALO (2007-2021) dont les objectifs sont à la fois de caractériser chimiquement les émissions atmosphériques du brûlage à l’air libre des déchets bois de la viticulture, et de valoriser par des cascades de voies de valorisation ces déchets sur le territoire Savoie Mont Blanc.

EN SAVOIR PLUS